Décembre 2016

Décembre fut casanier. Le poêle ronronne, la maison est devenue vraiment nôtre, le havre auquel j’aspirais tant.
Il y a eu aussi des kilomètres sur les routes de notre région, forêts à n’en plus finir et discussions  à deux, comme quand on était que deux, en mieux sans doute.
Un enfant qui passe son samedi après midi à sauter dans les sièges du théâtre, la nuit à l’hôtel – retrouver papa en tournée, on ne l’avait encore jamais fait.
Un enfant qui va mieux, après deux mois compliqués, qui retrouve son dynamisme et sa joie de vivre, et se lève tous les matins. La joie d’observer ses apprentissages, multiples et fulgurants, tout est tout de suite dépassé.
Le Noël du village, les anciens se retrouvant à jouer aux cartes avec les jeunots, nouvellement arrivés et enracinés ici depuis toujours pour une fois parlant tranquillement. Etonnement de voir tant de petits, dont certains que nous n’avions jamais vus, dans un village pourtant minuscule et isolé.
Noël en famille serein, et encore un autre avec des voisins, plaisir inconnu jusqu’à présent de partager cette fête avec d’autres, pas uniquement le cercle intime.

Le drôle de sentiment à la fois d’être à sa place, et que celle-ci peut bouger tout le temps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s