Cher Monoprix

Cher Monoprix,

J’adore tes magasins. A chaque fois que je viens à Paris, j’essaye de venir trainer dans l’un d’entre eux. Et oui. Flâner dans les rayons fringues et me laisser penser que je pourrais être une femme chic. Regarder les habits d’enfants et me dire que mon fils aurait décidément une allure toute différente avec cette petite chemise en lin plutôt qu’avec le tee-shirts Cars récupéré de ma meilleure amie et dont il est si fier d’autant qu’il a réussi à l’enlever tout seul ce matin. Me pâmer devant les crèmes bio pour le visage et l’immense choix de produits de beauté. Rêver de tout ce que je pourrais manger de si bon, poulpes marinés et autres déliciosités. M’acheter un petit carnet dont je n’ai pas besoin mais si un peu quand même et ceux là je les trouve pas chez moi, me dire que je reviendrai en juin pour les soldes, trouver que les chaussures sont chères et de piètre qualité finalement, me rappeler que le sac en faux cuir que j’avais acheté était joli mais pas tant que ça.

Bref. Monoprix, je t’adore.

Mais quand même, franchement : est-ce bien raisonnable? De faire deux rayons différents pour les jouets des filles et des garçons? De réserver aux premières des imitations d’emballages de produits alimentaires et aux seconds des voitures de course? Aux premières des figurines de maman avec poussette et table à langer et aux seconds des flics ou des aventuriers accompagnés d’un dragon? Franchement?
C’est peut être pas si grave que nos enfants jouent avec des jeux aussi genrés dès leur plus jeune âge (du moins j’essaye de m’en convaincre chaque jour et de ne pas m’inquiéter devant la passion dévorante de mon dit fils pour les dragons justement, chevaliers, châteaux forts, pirates et autres soldats – ce qui me vaut nombre de discussions avec le papa, les voisins, des gens plein de bon sens qui trouvent que j’en fait trop, et c’est sans doute vrai – et encore je ne dit presque rien notez bien, genre on a quand même le château fort 12 000 playmobils et au moins 3 puzzles de pirates). Bon. Mais quand même, franchement? Ne pourrait-on pas leur inventer autre chose? Ce que vous proposez frise la caricature de la Manif pour tous, non? Franchement?

 

Photo de Karine Sahler.Photo de Karine Sahler.

 

Allez, quelques pistes :

On fait un seul rayon pour les jouets. A la limite, si vous voulez classer, il y a plein d’autres possibilités que fille/garçons : jeux d’extérieur d’un côté, jeux d’imitation de l’autre, jeux de construction en face….

Les personnages (certes faut s’adresser au fabriquant aussi, hein Playmobil France si tu m’écoutes) : ben il peut y avoir des personnages féminins qui sont princesses ou mamans, évidemment, j’adore être maman, je m’en fous un peu des princesses mais j’ai rien contre, donc des princesses et des mamans c’est bien, mais on pourrait aussi avoir… je sais pas….des écrivaines, des scientifiques, des aventurières (mais pas Lara Croft hein?)…? Et puis des personnages masculins qui sont, super les pirates et les chevaliers, mais aussi…. des papas, des infirmiers, des chanteurs, des profs ….?

Et puis pour imiter les gestes du quotidien, si on parle alimentation, on valorise plutôt les produits frais que les produits industriels (soyons fous), et puis on peut imaginer aussi qu’on fait plutôt participer le enfants aux “vrais “gestes et moments de la vie courante (soyons encore plus fous). Et genre du coup on vend des “outils” et “instruments” adaptés genre petit balai ou couteau qui craint pas : super jeu de balayer pour de vrai ou de faire une tarte aux pommes, non?

Et puis, sinon, tout simplement, des jeux de base, genre une boite avec plein de petits bouts legos pour construire plein de choses, des cubes, tout ça…. Il faut aller à Joué Club pour ça? Pourtant c’est hyper kiffant pour les enfants, hyper éducatif, complètement mixte…. Dommage c’est ça que je voulais acheter. Et du coup j’ai rien pris.

Bon, sans rancune, mais un peu quand même.

Advertisements